Veille stratégique : Impact sur l’organisation du home-office et mesures de confinement

Veille stratégique : Impact sur l’organisation du home-office et mesures de confinement

Propos préliminaire

Le sujet de cet article n’est pas de présenter les différents dispositifs induits par le droit du travail comme le chômage partiel, l’indemnisation par la Sécu ou le droit de retrait induits par la crise du COVID 19 actuel. D’autres experts bien plus compétents que moi en la matière s’en sont en plus déjà chargé. On notera :

Un article sur LCI : https://www.lci.fr/open-space/video-gestion-du-coronavirus-en-entreprise-les-questions-qui-se-posent-aux-employeurs-et-aux-salaries-2146550.html

En plus local, l’interview d’Olivier Philippot, avocat alsacien, sur France Info TV : https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/perte-de-salaire-teletravail-garde-d-enfant-quatre-questions-sur-le-confinement-a-domicile-face-au-covid-19-en-france_3842395.html

Changements dans l’organisation

Le Home-office consiste pour un salarié à travailler depuis chez lui. Des mesures de confinement, des maladies indirectes des enfants ou conjoints, des problématiques de garde d’enfant suite aux écoles fermées peuvent être partiellement résolues grâce à cette solution. Cela va poser en pratique plusieurs problèmes.

1. Productivité

Les salariés non habitués au home office peuvent ne pas trouver leurs marques et cela peut entraîner une baisse de la productivité par rapport aux standards habituels de votre société. Il faut en tenir compte. De la même façon, si le salarié est avec ses enfants, sa concentration sera diminuée.

2. Cyber-défense

Vous allez transformer des salariés habituellement sédentaires en salariés nomades. Ils ont moins l’habitude de travailler hors du bureau et leurs applications de travail peuvent aussi être moins sécurisées. Il en va de même pour la connexion Wifi de la maison. L’usage d’un VPN est à privilégier de même qu’une hygiène informatique stricte. L’utilisation de messageries sécurisées doit être mise en place.

3. Iniquité entre les salariés

La mise en place du télétravail n’est pas possible sur tous les postes, ni même pour tous les salariés. Dans une entreprise de peinture en bâtiment, difficile de faire du télétravail sur les postes de peintre, plus simple sur les postes administratifs. Et au sein du service administratif, l’un aura une bonne connexion Internet, l’autre non… Il faut anticiper ces questions.

4. Vulnérabilité du contrôle interne induite par les absences

Les absences vont créer des failles dans le contrôle interne qui seront induites par les absences : Salariés qui échangent leurs mots de passe, prises de décisions par des personnes non habilitées… laissant notamment ouvertes des champs d’opportunités, l’un des trois éléments du triangle de la fraude, élément potentiellement non rempli jusque-là.

5. Vulnérabilité du contrôle interne induite par l’éloignement

Autre élément, les services administratifs en multisite vont connaître des difficultés de communication inhabituelles : difficile de demander un truc à son collègue de bureau quand on est dans sa cuisine ! Cela va impliquer une exposition à la fraude au Président accrue du fait que les décisionnaires seront dans un mode de communication inhabituel qui pourra plus facilement être contrefaite sans éveiller les soupçons.

6. Dégradation de la chaîne de création de valeur et création de goulots d’étranglement nouveaux

Que ce soit par des problématiques de RH, de sourcing, ou d’écoulement des produits, l’entreprise va être exposée à des difficultés nouvelles dans son processus de production. Il convient de réaliser un suivi plus régulier des phases exposées pour tenter autant que possible d’identifier des évolutions des contraintes d’exploitation.

Laisser un commentaire